Terra Argentina » Histoire Argentine » La dictature argentine

La dictature argentine

La mort du Général Perón en 1974 provoqua la clandestinité des Montoneros, péronistes de gauches et anti-impérialistes. Ceux-ci se regroupent au sein de l’Ejercito Revolucionario Popular (Armée révolutionnaire du peuple) et commettent de nombreux attentats visant les entreprises étrangères. A l’opposé, une autre alliance, Las Tres A (Alliance anticommuniste Argentine) se livre quant à elle a des assassinats de personnes considérées comme subversives, principalement des dirigeants syndicaux, des hommes de lettres, étudiants.

 

En prenant le pouvoir en Mars 1976, le Général Videla sonne l’heure du Proceso de Reorganizacion Nacional (Processus de Réorganisation Nationale). Ce programme de réorganisation marqua le début d’une douloureuse page de l’histoire argentine. Un régime de dictature violente est alors instauré dont le but officiel est d’éradiquer les mouvements terroristes.

 

En réalité, les dérives du régime sont telles qu’au-delà des terroristes, tout supposé opposant au régime en place est systématiquement enlevé, torturé ou tué. Des syndicalistes, des universitaires et étudiants mais aussi des prêtres et parfois des familles entières connurent le pire aux mains des milices d’extrême-droite soutenues par l’Etat, la police et l’armée.

 

Le nombre de 30 000 personnes appelées « desaparecidos » (les disparus) est estimé. Encore aujourd’hui, les Madres de la Plaza de Mayo (mères de la place de Mai) défilent chaque jeudi face au palais présidentiel afin de demander justice et vérité sur les disparus de la dictature (1976-1983).

 

Cette période s’accompagne d’une situation économique catastrophique avec une inflation galopante et une dette extérieure record de l’ordre de 45 Milliards de dollars. Le Général Galtieri, dans une ultime tentative de conserver le pouvoir, essaie de galvaniser le pays autour d’une affaire de politique extérieure…c’est le début de la guerre des Malouines.

Pour en savoir plus sur cette période de la dictature argentine,  et si vous restez quelques jours à Buenos Aires lors de votre voyage en Argentine, nous vous recommandons de vous rendre au Musée de la mémoire (ex-ESMA) ainsi qu au Parc de la Mémoire (Parque de la memoria). Nous vous invitons également à consulter notre article sur le film argentin El Clan.