L'ARGENTINE
TAILLÉE SUR MESURE
EN
Nord-Ouest argentin - salinas grandes Train des nuages - Argentine Vallées Calchaquies - Argentine Désert de sel - Argentine Lama - Nord-Ouest argentin Construction inca - Nord-Ouest argentin

Accueil > Blog > Arts et Culture > L’héritage des premiers peuples

L’héritage des premiers peuples

La grotte des mains à Santa Cruz - 7300 avant JC


Durant des millénaires, l’actuelle Argentine se divisait en plusieurs nations amérindiennes, les unes plus développées que les autres. Ce n’est que 9000 ans après leur installation, qu’un explorateur européen, Juan de Solís, découvre cette grande terre appelée plus tard, l’Argentine.
Comme dans le reste du continent, l’installation progressive des Européens n’annonçait rien de bon pour les populations indigènes. Après des siècles de guerres, d’esclavage et d’épidémies européennes face auxquelles les indiens n’avaient aucune résistance, ils disparaissaient ou se voyaient forcés d’intégrer la société des envahisseurs.

La naissance des gauchos

Au cours du XIXe siècle, de nombreux pionniers fondent des estancias (ranchs argentins) à travers la Pampa et en Patagonie, pour y vivre de l’élevage bovin ou ovin et de l’agriculture. Les estancias possédant plusieurs dizaines de milliers d’hectares et d’énormes troupeaux de vaches ou de moutons, se trouvent en grand besoin de main d’œuvre. De nombreux amérindiens acceptent de veiller sur les troupeaux en échange de nourriture et d’un logement. Ce phénomène résulte au « mélange des ethnies » et ainsi naissent les célèbres gauchos, ces cowboys argentins métissés, toujours à cheval, accompagnés de leur fameuse arme indienne, les boleadoras. Les gauchos, du fait de leur métissage ont souvent été rejetés, n’appartenant à aucune ethnie, on les qualifiera de « rudes », « rebelles », mais forts et honnêtes. Le Gaucho le plus célèbre est sans aucun doute le Gauchito Gil.

Gaucho Eduardo Amorin



Beaucoup d’estancias sont encore actives aujourd’hui, elles ont diminué mais néanmoins maintenu des troupeaux d’élevage et font toujours appel cavaliers de la Pampa. Elle ouvrent aujourd’hui leurs portes aux voyageurs curieux des traditions du "campo" argentin, qui peuvent y passer la journée voire séjourner en fonction de la capacité d’accueil et goûter à la fameuse viande argentine lors d’un asado.

Les Guaranis du Nord-Est argentin


Danse traditionnelle guarani



Les Guaranis sont parmi les plus nombreux des peuples autochtones, se répartissant sur trois pays (Brésil, Uruguay, et l’Argentine). En Argentine, on retrouve les Guaranis au Nord-Est, principalement dans les provinces d’Entre Rios, Corrientes et Misiones. Beaucoup d’entre eux tentent de poursuivre leurs anciennes coutumes, vivant uniquement de ce que leur offre la nature. Ils possèdent de grandes connaissances au niveau de la médecine naturelle. On estime qu’en Argentine, environ 3000 personnes descendent directement du peuple Guarani. Aujourd’hui, ce peuple affronte de nombreuses difficultés liées aux maladies, à la malnutrition et la perte de leurs terres. Plusieurs associations luttent pour leurs droits, et considèrent l’écotourisme comme une manière de rentrer en contact avec les Guaranis, dans le respect de leur culture, et de contribuer à la construction d’un futur meilleur.

Guide Guarani au Yacutinga lodge



Terra Argentina vous invite à découvrir les richesses de leur culture ainsi que de l’environnement naturel qui les entoure, avec le Yacutinga lodge. Ce dernier fait appel à des guides Guaranis, heureux de partager leur connaissance et amour pour la nature locale ainsi que leur différentes coutumes.

Les communautés du Nord-est argentin


Célébration de la fête du soleil à Jujuy



On compte 5 cultures principales parmi les peuples autochtones du Nord-Ouest argentin ; les Diaguitas, Humahuacas, Atacamas, Chiriguanos, et Lule Vilelas.
Aujourd’hui, de nombreux endroits portent le même nom que le peuple qui les habitait auparavant, comme la vallée des Calchaquies, San Pedro de Atacama, la Quebrada de Humahuaca, et bien d’autres encore.
Dans cette région, les populations les plus représentatives et plus sophistiquées étaient les Calchaquies et les Diaguitas. Ils étaient sédentaires, vivant essentiellement de la culture du maïs, et possédaient des techniques d’irrigation artificielle. Ils élevaient des lamas pour le transport, la laine et la viande. Leur culture était plutôt guerrière, c’était notamment dans cette région où les Espagnols ont rencontré le plus d’opposition.
Certainement sous l’influence des Incas, la plupart de ces peuples vénéraient le soleil, créateur du monde et point de repère crucial pour les différents cycles agricoles.

Aujourd’hui, le Nord-Ouest compte encore de nombreuses communautés aborigènes, dont les habitants, quoique partiellement intégrés dans la société moderne, pratiquent encore leurs coutumes ancestrales. Chaque année, le 21 juin, se célèbre par exemple l’Inti Raymi (la fête du soleil).

Communauté d'Hornaditas - Nord-Ouest argentin



Avec Terra Argentina, découvrez les merveilles du Nord-ouest argentin et vivez des expériences culturelles et humaines au travers de nos différents circuits de tourisme communautaire.

Les peuples oubliés de la Patagonie et la Terre de Feu

Si aujourd’hui on peut dire que les Mapuches (d’origine chilienne) se sont bien adaptés à la société moderne avec le temps, il n’en est pas de même pour les anciens peuples nomades comme les Tehuelches en patagonie argentine, et les Yamanas (parmi d’autres) de la Terre de Feu. Ces derniers étaient formés d’une multitude de groupes de chasseurs et de cueilleurs, en constant déplacement. Les scientifiques estiment qu’il s’agit des peuples les plus anciens de l’Argentine, certains considérant que leur arrivée au sud du continent date d’il y a 20 000 ans.
Du fait de leur quasi-totale extermination, leur culture nomade et l’absence de traces écrites, on sait très peu des autochtones de la Patagonie et la Terre de feu. Ceux ayant survécu à la « conquête du désert » au XIXe siècle ne pouvaient s’adapter à la société des blancs, car ne croyaient pas au concept de la propriété.
Leurs langues se sont également éteintes, mais certains lieux portent des noms Tehuelches, comme El Chaltén et El Calafate, sans oublier le fameux « che » argentin, qui veut dire « personne ».

Famille de Tehuelches



On compte actuellement 600 000 Argentins directement descendants de peuples autochtones ou qui réclament avoir des origines amérindiennes. Aujourd’hui, la plupart de ces populations se concentrent dans le Nord-ouest, à Buenos Aires, et au Nord-Est du pays. Nombre de mouvements populaires et associations continuent de lutter aujourd’hui pour la récupération de leurs terres et contre les discrimations qu’ils subissent au quotidien.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

.